Sébastien Doubinski

Sébastien Doubinsky est né à Paris en 1963. Il a publié une dizaine de romans chez divers éditeurs, dont Les Vies parallèles de Nicolaï Bakhmaltov, Fragments d’une révolution et La Naissance selon la Bouddha chez Actes Sud, Mira Ceti au Seuil/Baleine, La Comédie urbaine chez Hors-Commerce, Le Livre muet et Les Fantômes du soir au Cherche-Midi. Explorateur et démonteur des « genres », il a aussi commis deux « polars », Les Ombres de la Croix, chez Baleine et Star, chez L’Écailler du nord. Sébastien Doubinsky habite aujourd’hui à Århus, au Danemark, avec sa femme et ses deux enfants.

Continuer la lecture de Sébastien Doubinski

Sébastien Doubinsky & Christian Martinache, Tableaux Noirs

34 tableaux en hommage à une couleur qui les efface toutes. 34 tableaux pour ne voir que le noir. Et dire que certains demandent à la vie qu’elle soit rose ! Nous voilà embarqués pour de nouvelles conquêtes. La marche à suivre est simple : se laisser dévorer par l’ombre en lâchant totalement la proie. On sait bien que la poésie est une des manières les plus efficaces de tout abandonner au coin d’un bois obscur. Tout, sauf le noir. Les oiseaux de nuit, les terres toujours inconnues, la révolution, forcément la nuit, l’amour aussi : Sébastien Doubinsky est un veilleur, qui ne désire rien d’autre que d’être absorbé par son sujet.

Continuer la lecture de Sébastien Doubinsky & Christian Martinache, Tableaux Noirs

Départ de Jean-Marc Debenedetti

Le collectif d’édition Le Grand Tamanoir salue la mémoire de Jean-Marc Debenedetti, poète, sculpteur et peintre, décédé le 19 juin 2009.

Ses propres mots disent exactement notre stupéfaction : « Le curieux acte de silence que voici » (Rictuels).

Jean-Marc Debenedetti avait illustré de dessins le second volume publié en 2008 par Le Grand Tamanoir : Figures de proie, un recueil de poèmes de son ami Jean Bazin.


Jean-Marc Debenedetti aux éditions du Grand Tamanoir :

Jean Bazin & Jean-Marc Debenedetti

Posface à Figures de proie, août 2008

Jean Bazin et Jean-Marc Debenedetti appartiennent à cette génération qui avait seize ans en 1968 à Paris et qui avec l’enthousiasme et l’énergie que leur avait procuré leur participation au mouvement de Mai, plaçaient leurs raisons de vivre dans la poésie et la liberté. Sans se connaître alors, ils se situaient déjà loin des salonnards équivoques qui font métier de littérature, respiraient tous deux l’incandescence du sable que l’on sentait couler entre les pavés, et éprouvaient le désir ardent de connaître leurs aînés surréalistes dans lesquels ils se reconnaissaient.

Continuer la lecture de Jean Bazin & Jean-Marc Debenedetti

Jean Bazin & Jean-Marc Debenedetti, Figures de Proie

Le livre :

On y entre comme dans une forêts de signes indéchiffrables…
La complicité entre l’auteur et l’illustrateur est prégnante dans ce recueil ; elle s’illustre dès la mise en scène des mots sur la page, dès l’orée de ces quelques signes palpitant et oscillant de manière constante entre le jour incandescent et la nuit magnétique :
Les nuits singulièrement plus courtes y échangent de longues poignées de mots fuite des incohérences extrême limite du signe où toute halte est impossible.

Continuer la lecture de Jean Bazin & Jean-Marc Debenedetti, Figures de Proie

Jacques Lacomblez & Jean-Claude Charbonel, Pages de mégarde

Qu’il s’agisse de feuilles éparses jetées aux vents ou de faire feu de tout bois, Jacques Lacomblez ne se départ pas d’une humilité qui lui fait honneur, parmi ces quelques copeaux de poème, naviguant entre la raideur de l’aphorisme et l’art éphémère du fragment. Tout est dit dès les premières lignes, avec cette notation tremblant d’ironie contre son propre art : « L’esprit de provocation est souvent semblable à un casque ancien de Prusse armé d’une seconde pointe dirigée vers l’intérieur ». En effet, manier ainsi l’aphorisme, c’est lancer une pointe ulcérée qui entrave le réel certes, mais qui se retourne aussi et surtout contre son auteur, comme pour aller jusqu’au bout de l’esprit des mots. L’élan poétique est ainsi libéré, en avant et contre tout, en un mélange de frivolité et d’ironie, dans ces aphorismes acides et parfois très beaux : « « L’enfer, c’est les autres ». Soit. Mais ceux-ci, partis, vous laissent toujours une boîte d’allumettes, soit en prétexte de leur retour, soit pour que vous vous brûliez les doigts dans la solitude. » Cela ne fait bien sûr qu’augurer de la suite de ces quelques notations…

Continuer la lecture de Jacques Lacomblez & Jean-Claude Charbonel, Pages de mégarde

Jean-Claude Charbonel

Jean-Claude Charbonel est né en 1938 à Clichy et vit actuellement dans les Côtes d’Armor. En 1959, il rencontre Serge Berna, en compagnie de qui il expose des tableaux « matiériques », et Pascal Colard, avec qui il fonde en 1964 la revue et le groupe Rupture, qui préconise la constitution d’une nouvelle fédération révolutionnaire inspirée de la FIARI de Breton et Trotsky. Les contacts pris à cette époque avec le mouvement surréaliste et celui de Phases n’ayant pas abouti, Charbonel organise diverses expositions originales en 1967 et 1970. En 1972, il rompt avec ses coéquipiers de Rupture, poursuivant quelque temps une trajectoire isolée.

Continuer la lecture de Jean-Claude Charbonel

Le début de l’aventure

Un beau jour, le 20 décembre 2007, les éditions du Grand Tamanoir sont nées…

Après de belles aventures aux éditions Syllepse avec les collections « Les Archipels du surréalisme » et « Libre espace », les initiateurs ont eu besoin de se recentrer sur une plus petite structure, vouée entièrement au plaisir et sans aucune urgence…

Un premier livre en avril 2008…

L’aventure continue depuis.