Jérôme Duwa

Jérôme Duwa est un chercheur et écrivain français.

Marqué par un séminaire suivi à l’Université de Strasbourg mêlant
philosophie et littérature (Jean-Luc Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe, Denis Guénoun), ainsi que par les cours d’Histoire de l’art de Roland Recht, il mène son travail de recherche dans un esprit
décloisonné, sans hiérarchisation disciplinaire.

A la suite de rencontres avec des peintres et, notamment René Duvillier, René Laubiès et Simon Hantaï, il s’intéresse au mouvement surréaliste d’après la seconde guerre mondiale, jusqu’alors très
peu étudié.
Par l’entremise de René Duvillier, il prend contact avec l’association des amis de Benjamin Péret et son directeur de l’époque, Claude Courtot, ainsi que son secrétaire, Guy Prévan. Ils vont l’un et
l’autre tenir une place de premier plan dans sa compréhension du surréalisme.
Grâce à Olivier Corpet, il devient chercheur associé à l’Imec et commence à travailler sur le classement du fonds d’archives de Jean Schuster à partir duquel il réunit les matériaux de sa thèse de
doctorat. Il va également recueillir et classer pour l’Imec les fonds surréalistes de Gérard Legrand, Claude Courtot, José Pierre, Alain Jouffroy, Jean-Louis Bédouin et Philippe Audoin. Ces fonds constituent un ensemble considérable de documents relatifs au surréalisme de la dernière génération du mouvement actif à Paris depuis 1919-1924.

Depuis sa thèse de doctorat, il interroge l’hypothèse d’un « surréalisme ouvert » dont la longue durée implique le risque de confrontations déstabilisantes. C’est ainsi que ses recherches se sont d’abord tournées vers la rencontre avec les situationnistes, le moment marqué par le Manifeste des 121 ou l’événement de Mai 68. Il s’attache aussi à des personnalités qui, du dedans ou du dehors,
posent au surréalisme la question de sa raison d’être profonde et de son renouvellement nécessaire au regard des exigences du temps : Georges Bataille, Maurice Blanchot, Benjamin Péret, Dionys
Mascolo, Simon Hantaï ou Robert Lebel.

Parallèlement à son travail à l’Imec, il entre en contact avec l’association Ent’revues et André Chabin. Il commence ainsi à publier ses recherches dans La Revue des revues, dont il est membre de la
rédaction. En 2008, en concertation avec Ent’revues, il est commissaire d’une exposition présentée à l’abbaye d’Ardenne : Le vieux monde est derrière toi. Une décennie de revues, 1968-1978.
Il publie ou a publié dans de nombreuses revues : Pleine marge, Mélusine, Infosurr, Archives et documents situationnistes, Action poétique, Cahiers Maurice Blanchot, CCP, Critique d’art, Midi, Europe, Cahiers Benjamin Péret, Cahiers du Musée d’art moderne, Cahiers Artaud, Sitaudis, Secousse, Cahiers Charles Fourier
Cette expérience et le goût des revues lui donne en 2012 l’idée de créer, avec Gérard Roche, les Cahiers Benjamin Péret dont il est le secrétaire de rédaction. Au sein de l’association des amis de Benjamin Péret, il est à l’initiative de deux livres réalisés avec le concours de Leonor de Abreu : Dans la zone torride du Brésil (2015) et Les Arts primitifs du Brésil (2017).
La revue Midi (dirigée par Françoise Thieck-Champin) accueille ses textes plus personnels (récits ou contes) recueillis en 2014 dans un livret tiré-à-part.

Principales publications

(éd. avec Claude Courtot) Jean Schuster, Une île à trois coups d’aile. Poésies, Le Cherche midi éditeur, 2007.
Surréalistes et situationnistes, vies parallèles, Dilecta, 2008.
 1968, année surréaliste, IMEC, 2008.
(éd. avec Leonor de Abreu) Benjamin Péret, Dans la zone torride du Brésil, Les éditions du Chemin de fer, 2015.
Les Batailles de Jean Schuster : défense et illustration du surréalisme (1947-1969), L’Harmattan, 2015.
(éd.) Robert Lebel, OEuvres complètes, vol.1, Genève, Éditions du Mamco, 2016.
(éd. avec Leonor de Abreu) Benjamin Péret, Les Arts primitifs du Brésil, Éditions du Sandre, 2017.
(éd.) Robert Lebel, Il Surrealismo come tergicristallo. Scritti critici 1943-1984, Milan, Johan & Levi editore, 2018.
(co-dir. avec Pierre Taminiaux), Littératures et arts du vide (colloque de Cerisy), Hermann, 2018.


Jérôme Duwa aux éditions du Grand Tamanoir :

Les Capucines aux lèvres d’émail