Her de Vries

Né à Amsterdam en 1930, Her de Vries découvre d’abord Cobra avant de faire la connaissance du surréalisme. En 1959, il constitue un Bureau de Recherches Surréalistes en Hollande (B.R.S.H.) qui organise une activité collective jusqu’en 1978. Il est ainsi amené à rencontrer André Breton et d’autres membres du mouvement parisien.


En 1961, il est à l’initiative de l’exposition Rencontres surréalistes qui ouvre ses portes à Leyde et, six ans plus tard, de Permanence du surréalisme qui se tient à Arnheim.
À partir de 1964, il édite avec Laurens Vancrevel la revue Brumes blondes : deux séries sont publiées jusqu’en 1976. Une troisième série paraît en 2005 puis une quatrième en 2010.

Multipliant les contacts avec des surréalistes  du monde entier, les objets et les boîtes qu’il réalise sont présentésdans de nombreuses expositions internationales.
Ses publications en revues portent notamment sur les peintres Willem Van Leusden et J.H. Moesman. Avec Pieter Schermer, il est également l’auteur d’une série de textes consacrés à Lautréamont et au peintre Moesman. En 1997, il coorganise à Utrecht une vaste exposition d’oeuvres de ce dernier accompagnée d’un important catalogue.
Her De Vries est cité dans les essais de Jean-Louis Bédouin (Vingt ans de surréalisme, 1939-1959, 1961), de José Vovelle (La Diffusion du surréalisme dans les pays néerlandophones, 1984), de Mario Cesariny (Textos de afirmaçáo de combate do movimento surrealista mundial,
1977) et dans le Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs sous la direction d’ Adam Biro et René Passeron (1982).
Il a publié en français et en néerlandais différents études ou recueils. Collectionneur passionné, il possède un ensemble considérable de livres et documents surréalistes.


Her de Vries aux éditions du Grand Tamanoir :

Ciels changeants